Inspirations d’humeur responsable

ruben brulat

Ruben Brulat, l’artiste en symbiose avec la nature

Marcher et appréhender la nature qui nous entoure sont les fondements des œuvres de l’artiste Ruben Brulat. Rencontre.

Col roulé noir, regard noir. Ruben Brulat, nous accueille dans son atelier minimaliste près de la forêt de Fontainebleau. Quelques outils jonchent le sol, un ouvrage de Paolo Pasolini trône au-dessus d’une pile de livres, plus loin un hamac et un appareil photo grand format. Le trentenaire qui a traversé l’Asie à pied pendant plus d’un an n’est pas de ceux qui s’encombrent de choses inutiles. Ce qui l’aime c’est marcher. 

Partir, loin. Sans lieu d’arrivée, sans date de retour, engloutir des kilomètres avec comme seul objectif la quête de l’instant parfait à la recherche de l’ image unique «  j’avais envie de me perdre, de me laisser porter, je cherchais un point de non-retour…» nous dit-il. 

«JE CHERCHAIS A COMPRENDRE LE FONDEMENT DE NOTRE EXISTENCE SUR TERRE… »

De cette longue balade, il publie un livre photos : Paths (2013). Des images d’Hommes nus,  perdus dans l’immensité des paysages « je cherchais à comprendre le fondement de notre existence sur Terre et notre rapport à l’environnement » continue t-il.

Du plus loin qu’il s’en souvienne cette envie irrésistible de se confronter à la nature lui vient d’une longue marche dans les Alpilles avec son père alors qu’il n’a qu’une dizaine d’années «  je me suis rendu compte que nous étions infiniment petits face à la nature qui nous entoure, cela a été une révélation ». 

« CE FUT COMME UN ABANDON, UN DESSAISISSEMENT DE MON CORPS DANS L’ESPACE…»

Plus récemment, ce fils d’artisan Laudunois a voyagé dans des zones volcaniques en Indonésie et en Éthiopie,  dans des cratères proches de l’éruption, là où il fait chaud, trop chaud. Un endroit où l’humain est soumis à la puissance de la nature, où le corps est terriblement vulnérable. Une expérience qu’il trouve étrangement apaisante « ce fut comme un abandon, un dessaisissement de mon corps dans l’espace…», se souvient-il. Cette nature qu’il contemple  avec délectation est l’essence de son travail et fait intégralement partie de sa vie. D’ailleurs, ce qu’il préfère c’est marcher dans la forêt, c’est là qu’il trouve son inspiration. 

Aujourd’hui, Ruben Brulat, l’artiste  aux multiples formes, se rêve aussi guide de haute montagne et a entrepris une formation pour le devenir.

RUBEN BRULAT 

33 ans. Artiste
Parcours : Autodidacte
Humeur : amoureux de la nature

rubenbrulat.com

Mots : Jessica Bros
Photographies : Alizée Bauer

Partager :

ruben brulat
ruben brulat
ruben brulat
ruben brulat
ruben brulat
ruben brulat

à lire aussi

Retour haut de page

La newsletter décarbonée

Voulez-vous encore plus de rencontres durables, de recettes raisonnées et d’adresses pour se mettre au vert, tout ça en exclusivité deux fois par mois dans votre boite mail ?

Pour seulement 3€ par mois. Pas de quoi fouetter du tofu soyeux !